Témoignage de Jean-Paul Leblanc
Témoignage de :
ma femme Martine
ma fille Hélène

Contacter Jean-Paul
2 ans déjà que nous sommes à l'OCG .....ou 2 ans seulement, car cette fois les progrès sont vraiment évidents. Pourtant cela fait 22 ans que je connais Dieu, mais au lieu que ma vie chrétienne progresse, elle s'empirait d'année en année.

Pourtant j'ai vécu une véritable rencontre avec Jésus dans ma chambre alors que je ne connaissais aucune église. C'était bien parti pour une vie palpitante, tout du moins je le pensais, de plus les premiers mois n'étaient qu'une suite d'expériences extraordinaires avec le Seigneur. Mais petit à petit au fil du temps la situation se dégrada. Je n'ai jamais caché mes difficultés, mes faiblesses notamment dans le domaine sexuel avec toutes ses dérives, à mes responsables d'église. Pour finir je m'isolais de plus en plus, n'osais plus me confier car je n'avais pas de réelles solutions. De plus j'étais un père dur pour mes enfants, cela me faisait terriblement souffrir, les années passaient et ils grandissaient, et j'étais paniqué de voir que rien ne changeait. J'essayais bien parfois de faire des efforts mais ça ne durait pas longtemps; la désillusion alors en était que plus grande. Ma vie de couple était également bien terne : peu de communication, beaucoup de dépression, une vie conjugale chaotique forcement. Là aussi ce n'est pas faute d'avoir essayé à maintes reprises. Pour finir je disais à mon épouse « à quoi bon tu sais bien comment ça fini , ce n'est pas la peine de recommencer. » Même si je n'étais pas un fan de télé, malgré tout elle remplaçait la bible. Je travaillais également comme un dingue pour fuir la maison. Avec tout ça est-ce bien utile de préciser qu'avec nos 3 enfants nous avons mis à part 2 ans dans un collège biblique, il y a eu un léger mieux, mais le cour de la vie a vite repris le dessus.

Les temps avant d'être en contact avec l'enseignement d'Ivo Sasek étaient épouvantables. Mon sommeil était très perturbé, accompagné de sueurs froides qui me réveillaient pratiquement toutes les nuits tellement j'étais angoissé. Alors je me levais pour pleurer et crier à Dieu, car c'était de plus en plus clair, non seulement je me dirigeais tout droit vers l'enfer mais c'était déjà l'enfer dans ma situation familiale et personnelle. D'ailleurs j'ai souvent pensé à me suicider.
page d'accueil
Cliquez ici pour voir la suite.